À l’abordage des Mémoires du Port

Rudy Ricciotti, architecte

« Mes potes dockers, c’est souvent eux qui régalaient. Y’avaient une espèce de gestion socialiste de la bringue. Ceux qu’avaient du fric payaient plus que ceux qui n’en avaient pas. »

Francis Cerris, ancien acconier

« Quand mon grand-père a commencé (…) il prenait sa bicyclette, allait jusqu’au phare de Port-St-Louis, là il prenait un petit barcot et allait jusqu’au bateau pour présenter ses offres de service au capitaine. »

Couple Carle, horlogers

« -Y’avait les réveils ! – Parce que les dockers, ils commençaient un peu à n’importe quelle heure, au gré des arrivages des bateaux, alors ils leur fallaient bien un réveil pour se réveiller. »