Charles Rousseau, retraité

Charles Rousseau, retraité

« On a toujours chassé le jour avant l’ouverture (…) c’est des choses interdites mais on le faisait, il y a tant de choses qu’on faisait. »

      Charles Rousseau

Rudy Ricciotti, architecte

Rudy Ricciotti, architecte

« Mes potes dockers, c’est souvent eux qui régalaient. Y’avaient une espèce de gestion socialiste de la bringue. Ceux qu’avaient du fric payaient plus que ceux qui n’en avaient pas. »

      Rudy Ricciotty

Vincent Porelli, Maire de Port-St-Louis de 1965 à 1989

Vincent Porelli, Maire de Port-St-Louis de 1965 à 1989

« Quand je suis arrivé à Port-St-Louis, j’ai tout de suite été adopté, parce que j’étais enseignant et parce que j’étais communiste. »

      Vincent Porelli

Mireille Meyer, ethnologue

Mireille Meyer, ethnologue

« Ils ont vécu dans des wagons renversés, ils ont creusé la terre pour se faire des cabanes, ils ont vécu une vie de pionnier. »

      Mireille Meyer

Maurice Marioge, ancien responsable syndical, CGT Docker

Maurice Marioge, ancien responsable syndical, CGT Docker

« J’ai tout de suite été élu au conseil syndical en 79 et boum trois mois de conflit.(…) Travaux de nuit, horaires, y’avait tout, tout avait été dénoncé par les employeurs et il a fallu tout rebâtir. »

      Maurice Marioge

Henri Llassera, ancien docker

Henri Llassera, ancien docker

« La caillasse, c’était beaucoup plus dur, mais on était moins payé. »

      Henri Llassera

Francis Cerris, ancien acconier

Francis Cerris, ancien acconier

« Quand mon grand-père a commencé (…) il prenait sa bicyclette, allait jusqu’au phare de Port-St-Louis, là il prenait un petit barcot et allait jusqu’au bateau pour présenter ses offres de service au capitaine. »

      Francis Cerris

Couple Carle, horlogers

Couple Carle, horlogers

« -Y’avait les réveils !
– Parce que les dockers, ils commençaient un peu à n’importe quelle heure, au gré des arrivages des bateaux, alors ils leur fallaient bien un réveil pour se réveiller. »

      Couple Carle