1ere étape : Villeurbanne

1ere étape : Villeurbanne

L’étape de Villeurbanne a débuté les 13 et 14 juin 2016 avec le premier volet du projet :  les ateliers créatifs. Elle s’est ensuite poursuivie du 23 au 29 juin avec les trois autres volets :  « Bouteille », « Petites correspondances Rhodaniennes » ainsi que « Rivermed ». Cette étape s’est construite en partenariat avec l’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne (IAC), Les Ateliers Frappaz (CNAREP), et la ville de Villeurbanne. En voici un aperçu…

 

 

« Ça déborde » : ateliers créatifs (Classe de CM1 de l’école Croix-Luizet)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Bouteille » : installation/performance (Place Lazare-Goujon)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Petites correspondances Rhodaniennes » : ateliers d’écriture (extraits)

Nadine

Torrent, rivière
Comptoir de fraîcheur, protégé sous les frondaisons, bercé par les lumineux reflets du soleil, mais l’eau de la petite rivière coule joyeusement, de paysages en chutes, c’est un univers de jeu, cachettes, plongeons, constructions de barrage.

Grondements ininterrompus
Une palette de couleurs qui se fracassent
Les sons se succèdent
Tourbillons et éclats de lumières
Le torrent est une force de la nature qui dévale les pentes sans jamais s’arrêter.

A l’élégance du lac, les mouettes, les riches et lointaines demeures, les quais dessinés et fleuris, les bateaux amarrés se balançant doucement, les promeneurs des berges, femmes ennuyées poussant poussettes et tirant laisse des chiens, amoureux, pécheurs, personnes âgées et les montagnes qui enserrent les rives.

Depuis la fenêtre j’observe le fleuve qui coule : aujourd’hui c’est le Mékong et j’aperçois quelques singes se balancer sur les rives d’un cours d’eau aux couleurs de boue, marrons tourbillons, je me rappelle l’avoir vu, ce même fleuve, aux reflets bleus quasi turquoise, parsemé de plaques argentés, ou encore d’un gris métal hostile.
Demain, quel fleuve seras-tu ?

Sous le pont d’autoroute coule le fleuve qui devient chute puis incroyable vague sur laquelle surfent et pirouettent les chevaliers.

Dans la nuit festive et glaciale on a traversé le fleuve, on s’est arrêté au milieu de la passerelle, on a fini le vin de la bouteille, en riant on a dit des mots secrets et on a jeté la bouteille dans les flots sombres du fleuve ; Le temps a failli s’arrêter.

Sur les berges de la Saône, il est des lieux parfois secrets et hospitaliers, un peu de sable et de feuilles mortes, de hautes herbes et des arbres protecteurs, l’eau berce doucement et le parfum de la pluie passée, le calme et le repos enfin se sont invités.

Valérie

Le long du fleuve la fête bat son plein
Musique, danse sensation douce de plaisir
Ma sœur encore vivante

Sur le fleuve le bateau navigue
Découverte du port fluviale et de ses containers entreposés comme figés dans l’espace paraissent immuable et pourtant s’en iront

Le fleuve guai et joyeux, les rires, la musique, la fête, tout parait léger
Et pourtant le ciel lourd, les nuages gris bas menacent
Je m’en vais de la ville avec un sentiment de peur comme si tout basculait

Le Rhône toi fleuve puissant et majestueux tu es contraint par des murs de pierre
Mais la Nature saura reprendre de la force et prouver que l’homme ne saur te dominer

Pont de Pierre détruit au-dessus du fleuve
Bel édifice de mérite tant de pieds t’ont foulé et te regrettent.

Nature reprends tes droits sur le fleuve
Pousse et reconquière les espaces que l’homme t’a pris.

Fleuve ta folie de par les crues
Montre aux homes ta puissance

Eau à volonté ces nombreux peuple qui n’en ont pas
Nature paysagée désert de verdure
Espèces protégées vide de vie animale

Océan d’amour et de vie
Donne à mon cœur de l’espoir et de l’envie

Fleuve de bateaux amarrés de vies d’hommes et de femmes bateliers
Tant d’histoire tu as connus et connaîtras
Laisse-nous donc tes secrets