Danser dans mon petit salon sans me poser de questions · Muerto Coco

Vendredi 8 avril

Danser dans mon petit salon sans me poser de questions démarre comme une enquête naïve : de quoi parle-t-on quand on dit le mot « virilité » ?

Pendant plus d’un an, Maxime Potard part à la rencontre de personnes pour échanger sur le sujet. De ces paroles, nait un spectacle où se mêlent expériences personnelles, autofiction et propos d’inconnu.e.s. Un drôle de poème fragmentaire qui se dit et qui se danse.

En costard ou en culottes en dentelle. Avec un peu de chance, ça finira même en comédie musicale !

Conception et interprétation Maxime Potard – Texte Maxime Potard, les interviewé·e·s, et peut-être d’autres… – Regard extérieur & chorégraphique Leonardo Montecchia – Regards complices Marc Prépus, Raphaëlle Bouvier – Costumes Julie Honoré – Régie et construction Loïc Lavault  – Création lumière Julien Sabato – Création sonore Roman Gigoi – Production Charles Bodin

Production : le Détachement international du Muerto Coco – Coproduction : Théâtre Joliette, scène conventionnée art et création – expressions et écritures contemporaines (13) ; Pôle arts de la scène – Friche la Belle de Mai (13) ; Théâtre Passerelle, scène nationale Gap / Alpes du Sud (05) ; Le Citron Jaune, centre national des arts de la rue et de l’espace public (13) ; L’Atelline, lieu d’activation art & espace public (34) ; L’Abattoir, centre national des arts de la rue et de l’espace public (71) ; Superstrat, parcours d’expérience artistique (42).
Avec le soutien :  La Cave Poésie René-Gouzenne (31) ; l’Université de Montpellier (34) ; Animakt, lieu de fabrique des arts de la rue, du cirque et d’ailleurs (91) ; Le Centre culturel de Cucuron Vaugines (84) ; Le Klap – Maison de la danse (13).
Subventionné par : SACD / DGCA – Ecrire pour la rue ; DRAC Paca ; Département des Bouches du Rhône ; Ville de Marseille

Le Muerto Coco est accompagné en administration et en production par LO BOL – Comptoir du spectacle.