En résidence au Citron

Septembre – décembre 2021

Ex Nihilo
Du 6 au 10 septembre

Théâtre de l’Entrouvert
Du 13 au 17 septembre
Glace est un Duologos qui propose de croiser le regard d’une marionnettiste, Élise Vigneron, et d’une glaciologue, Maurine Montagnat. Sculptures de glace, plaque chauffante, carottage, modélisation, schémas, seront autant de matériaux scéniques pour créer une rencontre qui mettra en jeu la portée métaphorique et esthétique de cette matière, ses caractéristiques physiques, et sa puissance révélatrice du réchauffement climatique.

Léonard Lesage – Cie Le Gazouillis des éléphants
Du 22 septembre au 1er octobre

Un Monde qui se désagrège
est la seconde création de la compagnie. Avec celle-ci, le chorégraphe Léonard Lesage poursuit son corps à corps avec la forêt. Il explore plus profondément sa mythologie intime, au contact de la matière, des éléments qui la constituent et la structurent. Le premier spectacle de Léonard Lesage, Le Murmure des pierres, était un travail solitaire et intime.  Il collabore cette fois-ci avec une musicienne et un artisan du son et se confronte ainsi à une approche plus complexe de la création, en plus de questionner sa pratique.

Laury Huard – Relation forestière
Du 26 septembre au 1er octobre
Laury Huard, apprenti de la FAI-AR, entame un cycle de résidences au Citron Jaune dans le cadre de la pépinière. Ces temps de travail lui permettent d’affiner les contours de sa création Relation Sylvestre. Cette dernière est une tentative d’ouvrir un brèche dans l’impossible dialogue entre un arbre et un homme.

KompleX KapharnaüM – Le Parlement de la pleine lune
Cet automne
« Chaque mois, à l’occasion de la pleine lune, les habitant.e.s se regroupaient pour discuter. Les échanges, portés par la force du vent, traversaient le pays, se mêlaient à d’autres parlements pour créer une parole chorale ». Architecture éphémère, Le parlement de la pleine lune prend les allures du agora qui se déploye dans les quartier Croizat, Baudin et Jolivet. Cet espace commun est co-construit in situ avec les habitant.e.s de Port-Saint-Louis-du-Rhône dans l’espace public. Ouvert à tou·te·s, il suscite et favorise la circulation de la parole, l’invention et le partage des usages communs au cœur de son quartier et de sa ville.